Logo Espace Centre-ville

Blogue

Espace Centre-ville

Dans l’oeil d’une Chargée de projet

Blogue

Avant d’être assise dans les bureaux de la SADC de la MRC de Rivière-du-Loup pour travailler pour le centre-ville de Rivière-du-Loup, je servais quelques jours par semaine de la bière à la Microbrasserie Aux Fous Brassant.Blogue
Espace Centre-Ville
Expertises

Dans l’oeil d’une Chargée de projet

Dans l’oeil d’une Chargée de projet

Avant d’être assise dans les bureaux de la SADC de la MRC de Rivière-du-Loup pour travailler pour le centre-ville de Rivière-du-Loup, je servais, quelques jours par semaine, de la bière à la Microbrasserie Aux Fous Brassant en me mettant en scène derrière le comptoir en ayant la mission continuelle que ceux qui s’assoient au comptoir finissent par rigoler ensemble comme une famille. Autrement, j’animais Ambiance Rendez-vous à Ciel FM et j’alignais les contrats d’animation, de création, de rédaction un à la suite de l’autre.

Un jour, en me twistant d’un bord ou de l’autre dans mon lit en attendant que les bras de Morphée s’ouvrent pour un slow de fin de soirée, je scrollais mon Facebook quand a défilé sous mes yeux l’offre d’emploi à Espace Centre-ville. Timing de shnout : j’étais en cloque prévue pour devenir mère-monde au début du mois d’août et le contrat de l’emploi débute le 1er mai. J’applique quand même, je me dis qu’ils vont voir mon nom et que s’ils ne trouvent pas, je récolterai peut-être quelques petits contrats de programmation d’activités estivales...

Je mets aux oubliettes le fait que j’applique sur un job pour laquelle je suis 0 disponible. Et la vie en décide autrement. Je finis par mettre au monde trop tôt, un corps trop fragile pour survivre aux aléas de la vie.
Desfois, tsé...Ça ne sert à rien de trouver des réponses. On se laisse bardasser par les coups de vent pis tout d’un coup quelque chose se pointe à l’horizon.
Aux limites des douanes des States, j’reçois un appel. Ma candidature est retenue pour une entrevue. « Je pars au States 2 semaines... en vacances. Si vous êtes prêts à m’attendre, je serai là à mon retour pour vous rencontrer. »

Quelques semaines plus tard, je me suis retrouvée dans ce bureau que je m’amuse à appeler mon bureau de « madame ». Un téléphone, un ordinateur, une photocopieuse performante comme je n’en ai jamais vu... et un dossier un peu effrité sur les côtés. Un dossier d’Espace Centre-ville écorché par une division palpable des commerçants face à l’intérêt d’avoir accès à ce service et d’en payer les cotisations.

L’histoire n’est pas unique à Rivière-du-Loup, beaucoup de villes passent à travers ce processus. Ma vision à moi réside beaucoup dans le respect des choix des uns et des autres... « Tu ne veux pas embarquer, c’est correct. Viens nous rejoindre si un jour tu sens que ça te sera utile, tu peux aussi m’appeler pour des questions. » Et c’est vrai. Je préfère que les commerçants qui s’impliquent y viennent les bras ouverts plutôt que fermés. Et ceux qui ne s’y impliquent pas le font pour des raisons qui leur appartiennent : ils sont entrepreneurs surtout pour être libres dans leurs choix, je ne leur enlèverai pas ça.

Mais concrètement, c’est quoi mon travail ?
Dans le concret, c’est écrire des courriels, parler au téléphone, faire de la promotion sur le web, écrire des courriels, organiser des évènements, aller à des rencontres, écrire des courriels, proposer des idées, suivre des formations, suivre les recommandations de mon C.A., écrire des courriels et penser à ça tout le temps.

Dans l’abstrait... c’est de l’impalpable, plutôt du senti. Ce qu’on appelle de l’intangible. Mon travail consiste à tisser des liens, à créer des ponts entre les citoyens, les entrepreneurs, les organismes du milieu, les artistes. Ça consiste à écouter. Écouter les rêves, les craintes, les idées de ceux qui donnent une âme de façon quotidienne à notre Lafontaine. Ça consiste à mettre tout ça dans ma mijoteuse et à concevoir des choses reliées à ces petits bouts de phrases lancées à gauche et à droite par ceux que j’appelle mes collègues de premières lignes (les commerçants).
Dans l’abstrait, mon travail consiste à développer un sentiment d’appartenance face à cette rue principale qui nous charme par ses produits et services, mais surtout par son histoire, son patrimoine, son effervescence, son caractère unique.
Et il faut apprendre à prendre sa place sans marcher sur le dos de personne, à ne pas avoir peur de faire de faux-pas. Mais il faut surtout s’armer pour leader des leaders. Une enseignante de mon programme de Gestion et intervention en loisir, Manon Deschênes, a un jour dit une phrase que je me rappellerai toujours : le leadership ce n’est pas quelque chose que l’on prend, c’est quelque chose qu’on vous accorde. Quotidiennement, ça m’aide à saisir ce que je dois mener et à me laisser mener sur ce qui ne m’appartient pas.

Je suis passionnée, même si parfois (lire souvent), je trouve ça complexe. Sauf qu’en tout temps la flamme est tellement forte que c’est lors des premières gorgées de café matinales que déferlent dans ma tête des millions d’idées, de solutions, de projets...

Et j’ai envie de rester parce que c’est tellement beau d’allumer des étoiles, de contribuer à une magie qui s’opère dans une Rivière-du-Loup de plus en plus bouillante.

Je reste, parce qu’un centre-ville est un lieu commun, propice aux échanges et à l’éclosion de nouvelles idées.

Je reste, parce que je souhaite faire vivre aux citoyens le même coup de foudre que j’ai eu pour cette ville qui en si peu de temps est devenue mienne.

Je reste, parce qu’ils sont nombreux derrière nous, derrière moi, à apporter leur expertise, leur temps au développement d’un centre-ville qui nous appartient à tous.

Barmaid occasionnel lors des évènements.
Barmaid occasionnelle lors des évènements.

Pour mieux comprendre je suis l’employée de qui, visionnez cette capsule (à qualité médiocre) : Espace Centre-ville OBNL


Crédit photo page couverture : Martin Boisvert
Expertises



À propos de l'auteure
Alex Ann Villeneuve Simard, Chargée de projet ECV

Alex Ann Villeneuve Simard
Chargée de projet ECV
Espace Centre-Ville

Lire d'autres articles de l'auteure

FacebookInstagram Formulaire



http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=du_nouveau_aux_jardins
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
Du nouveau aux Jardins
Article

Il y a 25 ans, c’était la belle (et toquante !) époque des buffets chinois. Les egg rolls et le chow mein au poulet représentaient alors le top de l’exotisme. Avec une platée de spare ribs sucrées, on se sentait aussi aventurier que si on avait visité Shenzhen à pied. C’est alors que les Jardins de Lotus ont ouvert leurs portes...

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=bebe_loup
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
C’est pour mieux sauver la planète, mon enfant...
Article

En entrant chez Bébé Loup, des clientes s’excusent parfois de ne pas afficher de bedon rebondi ou de ne pas être précédées d’une marmaille assoupie dans une poussette ou accrochée à leur jupette.

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=opto-reseau_lemieux-vaillancourt
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
Opto-Réseau Lemieux-Vaillancourt / Pour en finir avec les yeux secs
Article

Après une longue journée devant votre ordinateur, avez-vous l’impression que vos yeux sont plus déshydratés que le Sahara ? Après avoir refermé le dernier polar suédois de 700 pages, ressentez-vous un tapis de sable se dérouler sous vos paupières ? Versez-vous des larmes, même quand vous n’êtes pas triste ?

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=polyclinique_de_loreille
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
La Polyclinique de l’oreille On est faits pour s’entendre !
Article

S’il est chic d’afficher son handicap visuel, les prothèses auditives ne provoquent pas le même engouement. Les personnes malentendantes préfèrent cacher leur jeu et repousser ce jour fatidique où elles devront recourir à des appareils pour suivre les conversations dans leurs soupers entre amis. Mais pourquoi donc ?

Lire l’article au complet