Logo Espace Centre-ville

Blogue

Espace Centre-ville

Du nouveau aux Jardins

Blogue

Il y a 25 ans, c’était la belle (et toquante !) époque des buffets chinois. Les egg rolls et le chow mein au poulet représentaient alors le top de l’exotisme. Avec une platée de spare ribs sucrées, on se sentait aussi aventurier que si on avait visité Shenzhen à pied. C’est alors que les Jardins de Lotus ont ouvert leurs portes...Blogue
Espace Centre-Ville
Autres

Du nouveau aux Jardins

Du nouveau aux Jardins

Il y a 25 ans, c’était la belle (et toquante !) époque des buffets chinois. Les egg rolls et le chow mein au poulet représentaient alors le top de l’exotisme. Avec une platée de spare ribs sucrées, on se sentait aussi aventurier que si on avait visité Shenzhen à pied. C’est alors que les Jardins de Lotus ont ouvert leurs portes, participant au décloisonnement des papilles louperivoises.

Aujourd’hui, les saveurs internationales s’affichent sur tous les menus, mais la charmante adresse d’inspiration cambodgienne, vietnamienne et thaïlandaise garde sa place privilégiée. Malgré le succès durable de son restaurant, la propriétaire-pionnière, Danielle Amyot, est loin de s’asseoir sur ses rouleaux impériaux.

« Nous n’avons jamais cessé d’évoluer. Nous avons été les premiers à offrir du poulet général Tao en ville et aujourd’hui, on en retrouve sur toutes les cartes, souligne la dynamique restauratrice, qui sortait à peine du cégep quand elle a acheté cette franchise, devenue une bannière indépendante depuis. Depuis, nous avons renouvelé notre décor tous les cinq ans environ, en plus d’avoir ajouté une terrasse extérieure et ouvert notre comptoir La Nouillerie en 2011. »

Saveurs en boite

Depuis avril, les familles peuvent déguster un repas asiatique à la maison, sans sortir les woks, grâce à une nouvelle formule de boites pour emporter. Pour une facture allant de 30 $ à 55 $ pour quatre personnes, quatre combinaisons de plats sont offertes aux parents pressés, qui ont envie de déguster des crevettes Bangkok ou du riz frit un samedi soir. Et pourquoi pas un soir de semaine !

Grâce à La Nouillerie, les plats pour emporter sont déjà populaires depuis de nombreuses années, notamment pour les diners d’affaires. La propriétaire souhaitait faire découvrir cette option aux familles.

« Quand on veut manger vite, les chaines de restauration rapide nous viennent souvent en tête en premier. Nos sautés se ramassent aussi sur le pouce, en plus d’être super santé, débordants de légumes frais. Entre le tofu, les crevettes, le poulet et le bœuf, le client peut choisir sa protéine selon ses goûts. Les gens qui me connaissent savent à quel point mon alimentation est importante. Je ne pourrais pas gérer un casse-croûte », explique l’entrepreneure, qui a déjà une trentaine de marathons dans les rotules.

Les sportives, les papas et tous les gourmands peuvent passer leurs commandes par téléphone ou sur la page Facebook du restaurant. Depuis peu, des plats préparés peuvent aussi être ramassés dans les comptoirs réfrigérés du Provigo Pierre Dubé, dans le quartier Saint-Ludger.

Deux restos en un

En novembre dernier, La Nouillerie a déménagé à l’intérieur des Jardins de Lotus. Localisé à l’arrière, sur la rue Joly, depuis 2011, le comptoir de cuisine rapide a été rapatrié sur la rue Lafontaine pour différentes raisons avantageuses, dont une gestion du personnel plus facile. L’équipement a aussi été adapté afin que les plats puissent être sautés sur le feu, ce qui était impossible au sous-sol.

« En venant au restaurant, les gens peuvent donc piger dans les deux menus, qui comprennent différentes sortes de sauces et de nouilles. Ils peuvent aussi choisir de s’asseoir dans la salle à manger ou d’emporter leurs repas à la maison. Les clients qui ont un souci environnemental peuvent décider de manger dans de la vraie vaisselle, plutôt que dans des boites en carton. Ils ont aussi accès à la terrasse et à la carte des vins », explique Danielle Amyot.

Amenez-en, des ramen !

Si Les Jardins de Lotus ont été les premiers en ville à servir du poulet général Tao, ils sont aussi les premiers à proposer des soupes ramen. (Les vraies, pas celles en boite qu’on réchauffait au micro-ondes dans les années 1990...)
Les clients peuvent choisir entre quatre parfums de bouillon et quatre protéines. Un œuf crémeux fait partie de la recette, en plus des nouilles et des légumes. C’est le fils aîné de la propriétaire qui a importé l’idée de la métropole, où ces bols de bouillon japonais brûlent les lèvres depuis plusieurs années.

« Mes trois enfants m’aident tous, à leur façon, au restaurant, tant dans la cuisine et l’administration. Ils apportent beaucoup de fraicheur au commerce. Si je peux réussir à leur transmettre mon amour de la cuisine, du service à la clientèle et des affaires, ce sera une belle fierté », conclut la restauratrice.

Pour consulter le menu, réserver une place ou commander un repas : www.jardinsdelotus.com.


Autres



À propos de l'auteure
Laura Martin

Laura Martin
Espace Centre-Ville

Lire d'autres articles de l'auteure

FacebookInstagram Formulaire



http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=bebe_loup
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
C’est pour mieux sauver la planète, mon enfant...
Article

En entrant chez Bébé Loup, des clientes s’excusent parfois de ne pas afficher de bedon rebondi ou de ne pas être précédées d’une marmaille assoupie dans une poussette ou accrochée à leur jupette.

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=opto-reseau_lemieux-vaillancourt
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
Opto-Réseau Lemieux-Vaillancourt / Pour en finir avec les yeux secs
Article

Après une longue journée devant votre ordinateur, avez-vous l’impression que vos yeux sont plus déshydratés que le Sahara ? Après avoir refermé le dernier polar suédois de 700 pages, ressentez-vous un tapis de sable se dérouler sous vos paupières ? Versez-vous des larmes, même quand vous n’êtes pas triste ?

Lire l’article au complet


http://www.espacecentreville.com/blogue/?id=polyclinique_de_loreille
Espace Centre-Ville
Espace Centre-Ville
La Polyclinique de l’oreille On est faits pour s’entendre !
Article

S’il est chic d’afficher son handicap visuel, les prothèses auditives ne provoquent pas le même engouement. Les personnes malentendantes préfèrent cacher leur jeu et repousser ce jour fatidique où elles devront recourir à des appareils pour suivre les conversations dans leurs soupers entre amis. Mais pourquoi donc ?

Lire l’article au complet